Home Accueil
Site de l'AVMG
Introduction et projet de déploiement d’un processus dit de qualité « QSC » dans les gymnases vaudois

Nous avons appris l’introduction d’un processus dit de qualité Quality School Certificate (QSC) dans les gymnases vaudois. Après une phase pilote dans trois établissements (Beaulieu, Bugnon et Chamblandes), il s’agirait de déployer la démarche dans tous les gymnases vaudois. Des responsables qualité semblent avoir déjà été désigné.e.s pour la mise en place du dispositif.

Nos premières questions à la Direction générale de l'enseignement postobligatoire sont les suivantes (courrier complet à lire ici) :

1. Confirmez-vous les éléments ci-dessus ?

2. De qui la décision de cette introduction d’un système qualité dans les gymnases émane-t-elle ?

3. Quelles sont les raisons d’une telle décision ? S’agit-il par exemple d’une obligation légale, d’une recommandation, d’une volonté propre à la DGEP ?

4. Quels sont les liens entre la délivrance des titres (maturité académique, maturité spécialisée, maturité commerciale, CFC, etc.) et cette démarche ?

5. Quels sont les coûts et les bénéfices attendus d’une telle mise en place ?

Voilà une nouvelle décision qui impactera le quotidien des maître.sse.s de gymnase et que l’employeur ne semble pas avoir l’intention de soumettre à discussion. A moins que nous nous méprenions ? A suivre.

 

 
Ecole de commerce : défense de la mixité sociale et pédagogique

Du respect et des négociations : voilà ce que demandent les Assemblées générales (AG) des maître.sse.s des gymnases de Beaulieu et de Renens depuis fin novembre 2018. Cette revendication concerne tout particulièrement la décision prise par le département de regrouper les classes de l'Ecole de commerce du Grand Lausanne au sein de ces deux seuls établissements. Ceci dès la rentrée d'août 2019.

Les AG susmentionnées ont débattu et élaboré un argumentaire très complet, traduit dans des résolutions votées à l'unanimité tant à Beaulieu (à lire ici) qu'à Renens (à lire ici).

A ce jour, 22 janvier 2019, l'opposition des maître.sse. s à ce regroupement est intacte comme le montre la résolution commune des AG des deux établissements, à lire en suivant ce lien. Le fil rouge en est la défense pour le maintien d'une mixité aussi bien pédagogique que sociale des filières dans les gymnases.

La cheffe de département a confirmé la décision "purement organisationnelle" du regroupement mais des négociations sont ouvertes. Et la fronde s'étend puisque des résolutions de soutien commencent à être votées dans les autres gymnases. A suivre !

 

 
Grève des jeunes pour le climat du 18 janvier 2019

Demain, vendredi 18 janvier 2019, des élèves animeront des mouvements de grève pour la défense du climat. Cette mobilisation a la sympathie et l’appui de notre fédération syndicale et de SUD Education, réunissant les diverses organisations sudistes d'enseignant-e-s.

 

Nous enverrons dans les meilleurs délais à Madame Cesla Amarelle une lettre formelle sur le problème que pourraient poser des sanctions contre la grève des élèves. Toutefois, étant donné l’urgence, c'est un courrier électronique qui lui a été envoyé ce matin.

 

Il nous a été rapporté que des sanctions, parfois sévères, étaient envisagées par des directions contre les élèves grévistes. Nous nous opposons à toute sanction contre de jeunes gens qui ont le courage de s’engager, d’agir et de prendre la parole face à des problèmes décisifs pour l’avenir de la terre et des sociétés humaines.

 

Nous demandons que le Département n’engage aucune mesure de pression, de sanction ou de rétorsion à l’égard des élèves grévistes. En ce sens, nous demandons également que le Département use de son pouvoir et de ses compétences pour exiger des directions qu’elles agissent également dans ce sens.

 

Si besoin était, nous appellerions le monde enseignant à se mobiliser pour défendre les élèves actrices et acteurs de ce mouvement de grève exemplaire.

 

Nous renvoyons également au communiqué de presse de SUD-Etudiant.e.s et précaires : http://www.sud-ep.ch/greve-climat-solidarite-eleves/?fbclid=IwAR2DTy1UKY0_TgUmcAQy1pce9va7ZJowOXD1vzCWCgCPKzc1oakz_oOckcI

 

 
Les Brèves N°31 (décembre 2018)

Suspension autoritaire d’un cours de formation continue à la HEP, réorganisation macronienne à la Direction générale et avancées importantes sur le front des examens d’admission composent ce numéro 31 de nos Brèves.

En supplément de la version imprimée, la lettre ouverte de SUD Education à la Cheffe de département.

 
Extension du gymnase de Burier
Année après année, la norme de 24 élèves par classe en première année et dans les options est bafouée dans au moins une classe sur deux. Alors que la politique de construction de nouveaux établissements est en retard de plusieurs guerres, le Conseil d’Etat a retenu une mauvaise solution d’urgence: l’agrandissement de Burier, qui est déjà le plus grand établissement du Canton. Dès le printemps 2018, les collègues ont mandaté les syndicats SUD et SSP pour ouvrir des négociations. Jouant la montre et arguant de la nécessité d’aller vite vu l’urgence de la situation, le Conseil d’Etat a déposé au Parlement un exposé des motifs et projet de décret (EMPD). Le premier débat, chaud, a eu lieu ce mardi 27 novembre au Grand Conseil (le regarder ici, à partir de 8 minutes 14). Il y aura un deuxième débat la semaine prochaine.
Dans le but évident de s'éviter de devoir négocier à armes égales avec les syndicats et les salarié.e.s de Burier, le Département ne propose qu’une “démarche participative” aux collègues de la Tour-de-Peilz. La dernière AG du personnel de Burier a rejeté cette proposition indécente et SUD et SSP ont écrit un courrier commun à Cesla Amarelle pour rappeler le mandat de négociation reçu des enseignant.e.s. Le fer est engagé !
Sur notre opposition à des gymnases-mammouths, lire Les Brèves N"30 (juin 2018).
l
 
«DébutPrécédent12345678SuivantFin»

Page 1 sur 8