Home Accueil
Site de l'AVMG
Une brève pour une grève - 14 juin 2019

 

Soutien à la grève des femmes et refus de la récupération politicienne

Ou : Les femmes en grève, Amarelle au château !

La grève des femmes du 14 juin, annoncée et préparée de longue date, ne saurait être récupérée par les pouvoirs politiques, aussi féminisés soient-ils. Le mouvement des femmes, qui veut bousculer les préjugés et les immobilismes, y compris au sein de l’Etat de Vaud, fraie son chemin avec ferveur et enthousiasme depuis plusieurs mois parmi les syndicats, les associations et les travailleuses de Suisse. Il porte des revendications urgentes et nécessaires, que les classes politiques doivent entendre et satisfaire, plutôt que s’approprier la légitimité médiatique d’un féminisme de circonstances.

Quand les syndicats demandent au Conseil d’Etat le paiement des heures de grève du 14 juin, il est complètement déplacé qu’une ministre en fonction cherche à imposer son propre agenda personnel dans la lutte au cours. Les femmes ministres ont bien entendu le droit de soutenir le mouvement des femmes, voire même de faire grève elles-mêmes le 14 juin, mais pas d’user de leur position de pouvoir pour dicter ou proposer les actions à mener, spécialement à l’école.

Ainsi notre Cheffe intervient de manière insistante, par les voies hiérarchiques et dans des articles de presse, pour dire ce qu’il faudrait faire à l’école à l’occasion de la grève du 14 juin. Ce n’est pas son rôle ! Toutes les initiatives jugées bonnes et utiles doivent rester celles que choisiront les femmes en lutte. Une ministre est d’abord ministre, n’en déplaise à la femme qu’elle est.

Les appels à réaliser des vidéos ont été relayés par la hiérarchie et rappelés dans la presse ; des vidéos…avec des smartphones sans doute ? Pourquoi pas des poèmes, ou des slogans et des banderoles pour la manifestation ? Comme s’il n’y avait pas une année scolaire à terminer, des programmes à conclure, des examens à faire passer ! Notre Conseillère d’Etat ne devrait pas outrepasser son rôle et intervenir ainsi à propos des activités scolaires, qui relèvent de la liberté pédagogique, en lien avec un combat politique.

Si le mouvement est si puissamment consensuel que des femmes en poste au Conseil d’Etat veulent faire la grève, il serait de bon aloi de déclarer à l’avance qu’il n’y aura pas de retenues salariales le 14 juin ; ce qui permettrait aux femmes les plus précaires de participer elles aussi au mouvement de lutte.

Le paiement des heures de grève est dans la logique de toutes les luttes victorieuses. Notre Cheffe, si elle ne veut laisser aucun doute sur les motifs de son soutien, devrait tout faire pour convaincre ses collègues d’adopter cette décision, annonciatrice des victoires à venir.

 
Lettre des gymnases N°79-Mai 2019

Le climat, les écrans et les claviers bien tempérés

La formidable ampleur des grèves du climat menées par la jeunesse étudiante est la meilleure nouvelle du début de cette année. Une jeunesse souvent considérée comme durablement dépolitisée et tristement repliée sur la lumière bleue des écrans s’est retrouvée massivement dans les rues, ouverte sur le monde et pleinement instruite de la crise de l’environnement, arborant et scandant des slogans d’une radicalité inattendue : « Changez le système, pas le climat », « Les petits pas, ça ne suffit pas », entre autres.

La force et la puissance de ce mouvement est aussi la meilleure chose qui pouvait arriver à cette génération : après des années d’apathie ou d’apparente indifférence, ces manifestations la mobilisent autant qu’elles la dynamisent collectivement, dans une ambiance joyeuse et festive, et l’engagent vers autre chose qu’un désenchantement morose devant les catastrophes annoncées.

L'intégralité du numéro 79 de la Lettre des gymnases est à lire en suivant ce lien.

 

 
De l'effet immédiat! Numéro spécial des Brèves (9 avril 2019)

Brutalité administrative au Gymnase Auguste-Piccard (GAP) et à la Direction générale de l’enseignement postobligatoire (DGEP)
"Tous ne mouraient pas mais tous étaient frappés" (Jean de La Fontaine)


Une procédure de licenciement avec effet immédiat (article 61 de la Loi sur le personnel) a été engagée par la DGEP à l’encontre de notre collègue M. Philippe Leignel, membre du comité de l’AVMG. Il s’agit d’un maître qui a plus de trente années d’expérience et vingt ans de syndicalisme engagé. C’est la première fois que des griefs relevant d’un langage inapproprié pendant ses cours lui sont adressés.

Nous avions déjà dénoncé avec vigueur, par le passé (en 2009 et 2012), les interprétations abusives de cet article 61 de la LPers par une autorité d’engagement autocratique, sous le règne du précédent Directeur général.

On ne peut et on ne doit pas, sur la base d’accusations unilatérales et sans preuves, bafouer les droits et l’honneur d’une personne ainsi que son avenir professionnel et son emploi.

Pour les mêmes raisons, on ne peut et on ne doit pas plonger tout un établissement scolaire dans une situation de crise. Ce d’autant que l’on voit mal comment dite situation n’engloberait pas tout le personnel ainsi qu’au moins une partie des élèves. Lire notre édition spéciale des Brèves.

 
A travail égal, salaire égal, tout de suite !

Enseigner les branches ICA (Information, Communication, Administration) dans une école professionnelle ou dans un gymnase à des jeunes en formation commerciale requiert les mêmes qualifications, les mêmes compétences et mérite donc la même classifcation et le même salaire. Peu importe que les profs d'ICA constituent un groupe mixte au gymnase alors que le collectif des profs d'ICA dans les écoles professionnelles est exclusivement féminin.

Tout cela semble aller de soi, n'est-ce pas ? De toute évidence, pas pour l'Etat de Vaud ! Sinon, comment expliquer l'acharnement avec lequel l'Etat de Vaud nie l'évidence en 2008 lors de DECFO-SYSREM, puis s'acharne contre les arguments d'une collègue dans une procédure juridique qui dure depuis plus de 10 ans ?

A ce jour, le Tribunal cantonal (TC) a confirmé le jugement de première instance rendu par les Prud'hommes. Les arguments de l'Etat de Vaud ont tous été balayés. Nous demandons le respect plein et entier de nos collègues enseignantes d'ICA dans les écoles professionnelles, tout de suite ! Plus d'informations en suivant ce lien.

 
Les Brèves N°32

Quasi monopole de la firme à la pomme sur le parc des machines, entrée en force d’Office 365 dans les gymnases : gare aux GAFAM dans l’enseignement public vaudois ! Projet de certification qualité pour les gymnases cantonaux : retour vers le futur ? Nos réflexions sur les économies que l’on nous assène et l’extension chaotique du gymnase de Burier sont également au sommaire du numéro 32 de nos Brèves.

 

 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 10