Home
Bienvenue sur le nouveau site de l'AVMG!
Mesures de protection importantes (4 juin 2020)

Une directive vaudoise fixe les mesures de protection du personnel et des personnes en formation dans le secteur postobligatoire dans le cadre de la reprise du 8 juin : c'est la décision N° 175 de la cheffe de Département à lire en suivant ce lien. Sont concernées les personnes considérées comme vulnérables, les femmes enceintes et les personnes vivant avec un.e proche vulnérable. Le droit à la santé du personnel enseignant et celui des jeunes en formation sont considérés - et en l'occurrence respectés - en égalité. Que la personne soit vulnérable, enceinte ou vivant avec une personne vulnérable est traité à la même hauteur et ouvre les mêmes droits. Une note détaillée de SUD est disponible en suivant ce lien.  La possibilité de travailler à distance reste la première option qui doit être proposée par la direction sans en exclure d'autres dont des aménagements particuliers. En cas de  question ou problème, contactez-nous.

 
DISPONIBILITE des enseignant.e.s (28 mai 2020)

 

La disponibilité des enseignant.e.s de gymnase est de deux jours sur les trois derniers avant la rentrée scolaire d'août (art. 75b LS - Loi scolaire) pour des motifs d'organisation de la rentrée + cinq jours (art. 36a LESS - Loi sur l'enseignement secondaire supérieur) pour la tenue d'épreuves complémentaires et d'examens de rattrapage. Soit sept jours au total, sur une durée maximale de 10 jours ouvrables avant la rentrée (art. 149 RGY - Règlement des gymnases).

En résumé, les directions peuvent mobiliser les enseignant.e.s dès le 10 août cette année pour un total maximum de sept jours de travail non-librement géré sur les dix fixés par le dispositif réglementaire.

Le cadre légal et réglementaire est donc respecté en cette fin d'année scolaire et avant la rentrée. Il en va de même pour la prolongation des cours jusqu'au 3 juillet puisque les vacances scolaires pour les enseignant.e.s débutent après les promotions.

Reste bien sûr, la surcharge évidente de travail, de stress et de fatigue liée à la situation de pandémie et sa gestion par les autorités. Elle a et aura des conséquences sur la santé des enseignant.e.s, des élèves et du personnel administratif et technique de nos gymnases. Nous aurons à revenir sur ces points qui sont au centre de nos préoccupations.  S'il est essentiel que chacun.e porte une attention particulière à sa propre santé, l'employeur a un devoir de protection de la santé, de l'intégrité et de la personnalité des salarié.e.s qui doit être rappelé aussi souvent que nécessaire.

 
Plan sanitaire fédéral pour le postobligatoire

 

En attendant la déclinaison vaudoise d'un plan sanitaire de reprise dans l'enseignement postobligatoire vaudois, la version fédérale qui lui servira de base est lisible en suivant ce lien.

 
Extra muros - Sauve qui peut (les élèves) - 14 mai 2020

 

 

« La jeunesse sait qu’elle n’est que le temps de l’ennui, du désordre ; pas un soir à vingt ans où l’on ne s’endorme avec cette colère ambiguë qui naît du vertige des occasions manquées. » (Paul Nizan)

« Jamais sans doute une société n’aura autant vanté à ce point la jeunesse, comme modèle de comportement et d’usage de la vie, et jamais elle ne l’aura dans les faits aussi mal traitée. » (Jaime Semprun)

Les volées du virus

Les examens de maturité ont été annulés, c’est sauf erreur une première historique en Suisse. En France, ils ont été annulés une fois, le fait est bien connu, en juin 1968, et les bacs ont été accordés à plus de 80% sur la base d’une seule journée d’épreuves orales, par des examinateurs en costume-cravate qui ont donné de bonnes notes car ils avaient peur des élèves, et par des profs aux cheveux longs qui ont donné de bonnes notes car ils étaient en faveur des élèves. Lire le texte dans son intégralité en suivant ce lien.

 
Dans l'attente d'une rentrée (11 mai 2020)

 

ETABLIR ET RENDRE DES MOYENNES

Si nous n'avons pas pu évaluer des travaux d'élèves réalisés pendant la période de suspension des cours donnés en classe, nous ne pouvons pas davantage vérifier avec nos élèves des moyennes basées sur des travaux qui n'ont pas fait l'objet d'une remise et d'une correction en classe. La remise des travaux corrigés aux élèves puis leur correction collective en classe fait partie des échanges qui sont au coeur du processus pédagogique. Evincer cette étape n'est pas justifié.

Vendredi 8 mai, lors du point presse du Conseil d'Etat, il a été précisé que les "cas limites" seraient jugés systématiquement en faveur des élèves. Par "cas limites", il est réglementaire de considérer les situations pour lesquelles il manque un demi-point à l'élève. La faveur qui fait ordinairement l'objet d'une décision des conférences des maître.sse.s sur préavis des conseils de classe sera donc automatiquement accordée, ce dont nous pouvons nous réjouir.

Pour ce qui est des autres cas de figure, quand il manque 1 point ou davantage, il est réglementairement possible pour le conseil de classe puis les conférences des maître.sse.s d'apprécier  les "situations particulières".  Le fait d'arrêter  brusquement les compteurs au 13 mars, en plein milieu d'un parcours qui englobait encore bien des opportunités de modifier / améliorer ses résultats scolaires ne doit-il pas de facto être considéré comme une "situation particulière" ?

C'est pourquoi, au moment où des directions nous demandent de leur communiquer cette semaine les moyennes des élèves de 3ème année, nous devons rappeler ce principe simple : nous ne communiquerons nos moyennes que lorsque nous aurons pu les vérifier avec nos élèves dès le 8 juin. Nous souhaitons rester maîtres de ce qui nous arrive, pour nous et nos élèves.
 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 15
Copyright © 2020 Site de l'AVMG. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.