Home
Bienvenue sur le nouveau site de l'AVMG!
Brèves

Les Brèves, 26 (février 2016)

 

Depuis le printemps 2015, nous nous exprimons abondamment à propos de l’Ecole de commerce. Analyses et revendications se succèdent à un rythme soutenu (voir Lettre des gymnases de juin 2015, Ecole émancipée de septembre puis de novembre 2015). La DGEP a finalement répondu aux diverses demandes d’ouverture de négociation de SUD Education par une première rencontre qui a eu lieu le 22 décembre. Ce numéro vous en livre l’essentiel, assorti de conseils pratiques en vue de la répartition de l’enseignement 2016-2017.

Télécharger les Brèves N° 26


 
Lettre des gymnases 76, juin 2015

Télécharger la Lettre 76

Résolution. Plusieurs assemblées de mâitre-sse-s réunies à la faveur de conférences des maîtere-sse-s ont voté ce texte entre avril et mai 2015, à l'unanimité moins quelques abstentions, sans oppositions. Les résolutions ont été envoyées à la Cheffe de département.

Communiqué du BIC: Reconnaissance par la CDIP du Certificat  de culture générale, option information et communication

 

 

 
Modification des statuts

Conformément à la décision prise par l'Assemblée générale du 25 mars 2015,  le dernier alinéa de l'article 3 (Buts de l'association) des statuts de l'AVMG est modifié:

l'ancienne rédaction: «Elle défend ses membres.» est complétée de la façon suivante:

« Disposant de la personnalité juridique, elle défend les intérêts de ses membres. Elle s’engage pour l’égalité effective entre les femmes et les hommes, notamment en ce qui concerne le travail, le salaire, la formation, la conciliation entre la vie privée et la vie professionnelle. »

 

 
Liberté pédagogique

Lire le tract du SVMEP pour la défense de la liberté pédagogique

Signer la lettre-pétition ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

 

 

 
Résolution

votée à l’unanimité par l’Assemblée générale de l’AVMG, le 25 mars 2015, adressée à Madame Anne-Catherine Lyon, Conseillère d’Etat et Cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC)

Notre Assemblée s’est penchée sur les faits suivants :

1. A quelques semaines de la répartition de l’enseignement pour l’année scolaire 2015-2016, le DFJC a communiqué, de manière lacunaire, l’existence d’une nouvelle exigence faite aux maître-sse-s d’une formation à la pédagogie professionnelle pour celles et ceux qui préparent des élèves à la maturité professionnelle.

En conséquence, certain-e-s maître-sse-s (engagé-e-s avant 2004) sont très fortement sollicité-e-s pour enseigner à ces élèves dès l’an prochain. La plupart du temps, les vœux des maître-sse-s ne sont pas pris en compte et la répartition aura rarement été autant un exercice imposé (aux maître-ss-es comme aux chef-fe-s de file).

Le DFJC prétend que la formation complémentaire demandée serait une formation initiale. Ce qui lui permettrait de ne pas compenser le temps de formation par des décharges.

2. Le DFJC nous a récemment soumis une consultation intitulée « Maturité gymnasiale – garantie à long terme de l’accès aux hautes écoles ». Les délais pour y répondre étaient très brefs et le questionnaire posait de nombreux problèmes méthodologiques. Le sentiment général est que l’exercice consistait à consolider cas échéant une position déjà arrêtée au niveau politique. L’introduction semble claire : « Vos réponses seront synthétisées et inclues dans un rapport final reflétant de manière consolidée la position du Canton de Vaud. » (page 1)

Sous couvert d’une standardisation des exigences censée garantir l’accès durable aux hautes écoles, nous lisons une volonté de réglementer et contrôler toujours davantage notre profession au détriment de notre liberté pédagogique et de la pluralité de nos approches et de nos pratiques.

3. Au début février, la presse a donné un large écho à l’attaque portée par l’organisation de jeunesse d’un parti politique vaudois contre du matériel pédagogique utilisé à l’EPSIC et les enseignant-e-s de cette école professionnelle. En fait, il s’agit d’un seul exercice totalement sorti de son contexte et soigneusement isolé du processus pédagogique qui l’accompagne. L’entier du support de cours a été retiré. Les attaques continuent de fuser.

A ce jour, la Cheffe de Département n’a pas répondu au courrier du 23 février des collègues du Syndicat vaudois des maître-sss-e-s de l’enseignement professionnel (SVMEP-SUD). Ce courrier l’interpelle entre autres quant à son devoir légal de protection et de défense de la personnalité des enseignant-e-s.

Après en avoir débattu en l’Assemblée générale de ce jour, nous :


1. exigeons la régularisation sans condition de toutes et tous les enseignant-e-s de gymnase pour l’enseignement dans les voies qui mènent à la maturité professionnelle ;

2. réfutons au DFJC la possibilité d’exiger de maître-sse-s déjà formé-e-s de nouvelles formations, quelles qu’elles soient, sans compensation en temps sous forme de décharges ;

3. réaffirmons notre attachement indéfectible à la liberté pédagogique ;

4. demandons que le DFJC assume son devoir de défense de la personnalité et de la professionnalité des enseignant-e-s, notamment face à des attaques menées par des groupes de pression.


L’Assemblée générale donne mandat au comité de l’AVMG de mettre en œuvre toutes les mesures de lutte nécessaires à atteindre ces objectifs. Y inclus des actions constatatoires devant les tribunaux.

De plus, elle appelle toutes et tous les maître-sse-s de gymnase à signer et faire signer la lettre-pétition en soutien aux collègues de l’EPSIC actuellement en circulation.



Lausanne, le 25 mars 2015

 
«DébutPrécédent11121314151617181920SuivantFin»

Page 20 sur 22
Copyright © 2022 Site de l'AVMG. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.